Camille-Emile DUFOUR

Paris: le quai d’Auteuil en 1892


Camille-Emile DUFOUR (1841, Paris – 1933)
Paris: le quai d’Auteuil en 1892
Huile sur toile
37 x 59 cm
Signée et datée en bas à gauche
1892
Exposition: Salon de Paris de 1892, sous le N°612 , titré Le quai d’Auteuil
Provenance:
– Vente du 12 mai 1897, « Tableaux modernes, aquarelles et dessins », (Hôtel Drouot, salle 1, Paul Chevallier Commissaire-Priseur, Feral expert) – N°34 (Vue du quai d’Auteuil) du catalogue de la vente
– Vente du 29 avril 1899, « Tableaux modernes, aquarelles et dessins » (Hôtel Drouot, salle 1, Paul Chevallier Commissaire-Priseur) – N°27 (Le quai d’Auteuil) du catalogue de la vente
– Vente du 25 février 1901, Drouot, Feral Expert


Malgré son format relativement modeste, notre tableau est cité par le critique Armand Dayot dans « Le Salon illustré » comme faisant partie des meilleurs paysages exposés au Salon de Paris de 1892. On y retrouve les principaux éléments caractéristiques du style de Camille Dufour: un coloris doux et sobre, une atmosphère de quiétude et apaisante, une ligne d’horizon basse.
Ce paysagiste élève de Léon Cogniet et de Charles Jacque (dont il est le gendre) participa au Salon de 1877 à 1920, où il obtint régulièrement des médailles, ainsi qu’aux Expositions Universelles de 1889 et 1900. Reflet de son succès, l’Etat lui acheta de nombreux tableaux, dont nous donnons la liste à la fin de cette notice. Au-delà de la reconnaissance officielle (récompensée par la légion d’honneur en 1911), il bénéficia aussi des louanges de la critique; à l’occasion du Salon de 1879 le « Dictionnaire Véron » écrit ainsi: « Rendons hommage au grand talent de M. Dufour… Talent original très remarquable » ; la « Gazette des Beaux-Arts » parle pour le Salon de 1888 de ses « paysages harmonieux, lumineux… quelque chose de l’âme légère de Corot semble y flotter » . La « Revue Municipale » du 13 mai 1899 le qualifie même « d’un des plus beaux talents paysagistes de notre temps » .
Si une certaine proximité avec Corot a déjà été signalée, il faut également citer Claude Monet, avec lequel Dufour travailla souvent à Vétheuil en bord de Seine.
Camille Dufour était domicilié à Paris, mais il aurait aussi habité à Pont de l’Arche en Normandie, et passait ses étés à Roscoff. En dehors du Salon de Paris, il participait également à des expositions de province, comme Carcassonne, Toulouse, Blois ou Le Havre.

Le quai d’Auteuil, situé dans l’actuel XVIème arrondissement de Paris, était à l’origine un simple chemin de halage viabilisé au cours des années 1860, et bordé de constructions basses, maisons, cafés, ateliers, bâtis à partir des années 1880. L’urbanisation dense du site débuta au cours de l’entre-deux-guerres, et celui-ci changea de nom en 1937 pour devenir le quai Louis Blériot.
On distingue la réplique de la statue de la Liberté, installée à la pointe sud de l’île aux cygnes en juin 1889 à l’occasion du centenaire de la Révolution et dans le cadre de l’exposition universelle de 1889; elle faisait à l’époque face à la Tour Eiffel, tournant ainsi le dos aux États-Unis, ce que Bartholdi déplorait. La statue fut finalement retournée vers l’aval du fleuve lors de l’Exposition Universelle de 1937.
Autre élément intéressant: la présence sur la droite des cheminées illustrant l’activité industrielle du quartier de Grenelle.

Musées: Orsay, Rouen, Saint-Brieuc, Pau, Avignon, Fontainebleau, Brooklyn

Oeuvres de Camille Dufour acquises par l’Etat français:
Avignon en décembre (1,06 x 1,62 m), acquis au Salon de 1888
Pont-de-l’Arche (104,5 x 162 m), acquis au Salon de 1888, déposé au musée de Rouen
Villeneuve-lès-Avignon (1,14 x 1,62 m), acquis au Salon de 1889, placé au musée du Luxembourg, attribué au Louvre, déposé au Senat, affecté au musée d’Orsay depuis 2018
La Seine à Vetheuil probablement acquis par l’Etat au Salon de 1890, conservé au musée de Saint-Brieuc depuis 1892 sous le titre Le manoir, bords de la Seine, 38 x 55 cm
Le pont Saint-Bénézet à Avignon, acquis au Salon de 1891
Le village de la Frette (Seine-et-Oise), acquis au Salon de 1898, déposé au musée de Chatellerault 38×55 cm ?
La Seine à Bonnières (0,65 x 1 m), acquis au Salon de 1900, déposé au musée de Pau en 1903
La berge de Vetheuil, acquis au Salon de 1902, conservé au château de Fontainebleau
Vue d’Avignon, prise du côté de Villeneuve (0,90 x 1,30 m), acquis au Salon de 1907, déposé au musée Calvet d’Avignon en 1908
Bords de Seine, acquis au Salon de 1910, placé au palais du Luxembourg, puis à la Présidence du Senat